Emmi Piker 1

Emmi Pikler était une pédiatre et pédagogue Hongroise (1902/1984)

 Très tôt, Emmi Pikler avait pressenti que le nourrisson, pour prendre, garder, ou abandonner les différentes positions du corps, pour changer de posture ou se déplacer, ou encore pour apprendre à se mettre debout et à marcher, n’avait aucun besoin de l’intervention de l’adulte, que l’enfant passif devenait une personne active de même qu’elle doutait que cette intervention puisse accélérer le développement du nourrisson. Et d’ailleurs, si tel était le cas, elle ne pensait pas que cela constituait un avantage au point de vue de son mode de vie et son développement.

En prodiguant aux parents des conseils mûrement réfléchis et très détaillés, fondés sur ses observations régulières et continues, elle les a aidés, avant tout, à avoir confiance dans la capacité de développement de leur enfant. En tenant compte des besoins de l’enfant, ils organisaient soigneusement un mode de vie tranquille et harmonieux, en respectant son rythme de sommeil et d’éveil, en établissant un régime alimentaire équilibré mais simple, défini avant tout par l’appétit de l’enfant. Ils déterminaient aussi combien de temps l’enfant pouvait rester dehors, hiver comme été.
            Ils n’intervenaient ni dans ses mouvements ni dans ses jeux, ne lui faisaient pas faire d’exercices mais mettaient à sa disposition un endroit adéquat, même dans les appartements les plus petits. Les meilleures occasions d’être régulièrement avec leur enfant leur étaient offertes, essentiellement, par les repas, les changes, le bain et l’habillage.

   Au cours de toutes ces activités, les parents tentaient de ne pas se presser et de prendre en considération les besoins et les réactions de l’enfant, même si sa participation aux soins ralentissait les opérations : ils pouvaient alors savourer ce qui se passait entre eux.

            Emmi Pikler a rassemblé l’expérience de toutes ces années dans son premier livre  » Que sait faire votre bébé ?  » dont dix éditions ont été publiées en Hongrie et à l’étranger.
Emmi Pikler pouvait constater que les enfants étaient généralement gais, curieux, vifs et actifs, qu’ils se développaient harmonieusement et que leurs rapports avec leurs parents et leur entourage étaient bons. Quant aux parents, eux aussi étaient contents. Bien que le système d’éducation qu’elle proposait ait exigé d’eux de réfléchir à l’organisation de leur vie et de leur environnement plus qu’ils ne le faisaient habituellement, pour que l’enfant soit et se sente vraiment en sécurité, les parents acceptaient de mettre en pratique ses conseils et étaient fiers et satisfaits de leur rôle. Ils étaient convaincus du bien-fondé de ses idées et constataient que leur enfant acquérait des expériences intéressantes, sans que leur intervention, au cours de ses activités indépendantes : ils ne pensaient pas que, pour pouvoir se considérer comme de bons parents, ils devaient toujours être à proximité de leur enfant, ni qu’ils étaient obligés de faire tout le temps quelque chose avec lui. Les enfants qui sont absorbés par leurs essais et leurs activités indépendants, n’exigent pas de leurs parents qu’ils soient présents en permanence, qu’ils participent à leurs activités, les distraient ou les aident continuellement puisque, même sans eux, ils ne se sentent pas impuissants.
Les parents, à leur tour, constatant l’activité sereine et indépendante de leurs enfants et conscients de la valeur de cette activité, peuvent sans sentiment de culpabilité, s’occuper d’autre chose, de leur passe-temps, par exemple, tout en restant évidemment à portée de vue et de voix .Ils ne se sentent pas esclaves de leurs enfants et ne le considèrent pas comme leur jouet. Ils trouvent plaisir à observer son activité et son développement, sont heureux en sa compagnie et dans leurs rapports avec lui. Ils attendent avec impatience le moment de se retrouver ensemble et si l’enfant essaye de prolonger ces moments en jouant, les parents ne considèrent pas cela comme de l’agressivité ou un comportement agaçant.
            Les  » enfants Pikler  » d’autrefois ont grandi depuis longtemps et ont prouvé, par leur vie, leur travail et, ce qui n’est pas le moins important, l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants et leur comportement de parents, que l’aide que leurs propres parents avaient reçue avait été bénéfique.

source : association Pikler-loczy de France

0 commentaire à “Emmi Piker 1”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Nos amours de chow chows |
Elaloïslhardy |
bip-bip, c'est germain |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Elaloïs Lhardy
| Ma Famille,Ma vie!!!
| un monde de paix